Nicolas Bartholome
Nicolas Bartholome
3 (60%) 8 votes

 

Bartholomé  Nicolas
Année de naissance 16/03/1973
Team EB depuis le siècle dernier…

 

Meilleures perfs

  • Falaise 8a+ à vue, 8b+ après travail, 500 voies dans le 8ème degré fin octobre 2017
  • Bloc Je n’en fais quasiment jamais. Mes potes disent que je fais des pas de bloc plus durs à 40m du sol qu’à 2m ! La hauteur me guronse !
  • Compétition J’en ai eu fait pendant quinze ans, j’ai plus participé que brillé !


Ton chausson (EB) ?

chausson d'escalade avatar ebLe nouvel Avatar, parfait pour la grimpe en colo que j’affectionne tant ! Confort et souplesse pour un ressenti maximum et un talon ultra performant, indispensable pour ma grimpe. Pour des voies un peu plus technique ou dans des voies très longues, le Django permet de reposer un peu les chevilles par sa pointe plus épaisse. Un peu plus long à faire que l’Avatar mais l’effort est récompensé ensuite et la durée de vie est impressionnante !

 

Ta pratique grimpe actuelle ? »

Tel un djeuns de 25 ans je continue à grimper entre 3 et 5 fois par semaine, en falaise ou en salle suivant le temps que j’ai.

Entraînement(s) ?

Grimpe principalement. Et suivant les objectifs en falaise, j’essaie d’orienter mes entrainements en salle sur des efforts similaires. Cette année, j’ai décidé de passer un peu plus de temps dans des voies dures. Qualité plus que quantité


La Guerre des Paires 8A

La Guerre des Paires 8A à La Ramirole

Découverte de l’escalade ?

Depuis tout minot, avec mon père et mon grand-père, principalement par de la haute-montagne au départ. Il y a même une voie Bartholomé dans le Chablais, au Mont-Chauffé, qu’ils ont ouvert en 1965 avec des longueurs en 6b quand même ! A 16 ans, j’en ai eu marre de me lever à 2h du mat’ pour me geler en montagne alors que je voyais mes potes grimpeurs faire des grasses mat’ et aller en falaise en tongues et t-shirt. J’ai fait ma crise d’adolescence !

Le Déclic ?

La compétition de Vaulx-en-Velin diffusée à la télé en 1986 : une révélation ! Et les grimpeuses telles qu’Isabelle Patissier m’attiraient d’avantage que les alpinistes barbus que je croisais en montagne avec mon père ! Le magazine Vertical m’a bien fait rêver également à l’époque, notamment le mythique hors-série Top30 que je conserve précieusement. Enfin, sur le terrain, ma rencontre avec Sam Bié quand nous avions 17 ans avec qui j’ai fait les 400 coups pendant 10 ans !
Nous avons participé aux premiers Championnats de France jeune qui se déroulaient en falaise et cela donnait lieu à chaque fois à des rassemblements mythiques.

Le haut niveau ?

Je suis loin d’avoir atteint ce que l’on appelle le haut-niveau avec mes 2 8a+ à vue et mes 5 8b+ après-travail mais je m’éclate toujours autant à tenter de faire des croix en falaise. J’ai enchaîné mon 500ème 8 tout récemment. A 1000, je m’arrête ! Ma plus belle victoire, c’est d’avoir réussi à allier travail et passion : 20 ans que je suis dans la grimpe quasiment 24h/24 ! Au grand dam de mes proches parfois, mais ils savent que ça ne changera plus !


nico bartholome team eb

La journée qui t’a marqué ?

Ma plus belle croix à vue, Overdose (8a+) à Lourmarin, il y a 12 ans. Nous étions partis pour 3 jours à Buoux avec un ami. Le premier jour, je me retrouve à travailler un 7b+ que je ne réussis pas à enchainer ! Le lendemain, au vu de la branlée de la veille, on décide de changer de spot et on file découvrir Lourmarin.
Pendant l’échauffement, je n’arrête pas de regarder la ligne d’Overdose qui m’attire mystérieusement. Au vu de mes prestations de la veille, je n’ose même pas avouer à mon pote que je veux la tenter à vue. Je m’y élance, ultra-crispé, je me mets un pire taquet dans la première partie en 7b+.
Arrivé au semi-repos de la première partie, j’ai bien pris 10 minutes à délayer tout en observant la suite et quand j’ai redémarré, j’étais en mode « killer ». Je me suis mis le fight de ma vie, une agonie pas possible, à l’envers dans le crux.
Impossible de clipper les deux dernières dégaines et je me retrouve avec le bac final, un énorme trou, complétement farci et dans l’impossibilité de lâcher une main pour clipper le relais. Finalement, dans un ultime éclair de lucidité, j’ai trouvé un coincement de genoux salvateur qui me permet de faire la croix et au passage d’éviter un plomb de 20 mètres !

Après cette belle croix, retour dès le lendemain à Buoux, avec les dents qui rayent le sol. Mais le 7b+ du premier jour ne passera toujours pas !

Un film ?

Faut que ça tchatche ! « Réservoir dogs », « The big Lebowsky », « C’est arrivé près de chez vous », « Casino », « Trainspotting »…

Un site/une voie ?

Saint Guilhem le Désert pour le site, j’y passe une bonne partie de mon temps. Pseudo spot secret mais vrai paradis, à 30 minutes de chez moi.
La voie qui m’obsède en ce moment depuis que j’y ai mis mes doigts, Tom et je ris au Verdon.
Peut-être la voie la plus parfaite que j’ai vue. Vivement le printemps pour enchainer ce bijou !

Thé ou café ou… ?

Café sans sucre et une belle colo….

Un souvenir (escalade) ?

Le dernier en date, un aller-retour à la journée au Verdon depuis Montpellier avec Thomas Hallu cet automne pour tenter Tom et je ris. Une journée parfaite, tant pour la météo, les couleurs, les vautours, l’ambiance et l’amitié avec Tom, pendus toute la journée au relais, la rencontre avec un berger et ses 9 chiens sur le chemin du retour… La croix n’était pas au rendez-vous mais ce n’était qu’un détail tant tout le reste était à sa place…

Fan de qui ?

De mes fils ! Et d’Adam Ondra, mais qui ne le serait pas !

EB vs TOI ?

Encore please !

Une citation ?

«Faites vivre votre passion, elle vous réchauffera quand le monde deviendra froid» (citation amérindienne)