Grimper en Thaïlande – Tonsai
Grimper en Thaïlande – Tonsai
5 (100%) 2 vote[s]

grimpe en Thaïlande

Chloé & Colin
par l’écume des parois
@ecumedesparois
insta > ecumedesparois

Ça y est, nous quittons l’Inde pour l’Asie du sud-est, avec comme première destination la province de Krabi au sud de la Thaïlande. Dès notre arrivée à l’aéroport de Phuket, premier contact avec l’humidité ambiante, il est 23h et il fait 33 degrés. Nuit à Phuket Town, avant de rejoindre le port au petit matin pour prendre le ferry, direction Tonsai. La traversée de la mer d’Andaman prend 2h environ jusqu’à Railey beach, puis nous sautons dans un long-­‐tail boat (longue barque en bois à moteur) pour rejoindre la plage de Tonsai

Tonsai et Railay

decouverte falaise de tonsai en thailande

A notre arrivée en direction de la plage de Tonsaï.

Tonsai et Railay sont deux grandes plages entourées de magnifiques falaises. Les paysages sont splendides, mais l’activité touristique est plus qu’intense.Aussitôt le pied sur la terre ferme, nous retrouvons nos amis brésiliens, Lucas & Carol, et espagnols, Adri & Sonia, rencontrés 3 mois plus tôt en Afrique du Sud !

Nous passerons tout notre séjour en leur compagnie. Une fois installés dans notre guesthouse, Paasook, nous partons à la découverte de ce nouveau «paradis» de la grimpe !

Adorer ou détester… Nous avions tout entendu avant d’y aller et nous étions prêts à nous faire une idée par nous mêmes.

Le Roof

Dès le lendemain, nous commençons par le secteur du Roof, devant la plage, à seulement quelques pas du Freedom bar. ll s’agit du secteur phare de Tonsai.

Secteur du roof à Tonsai

Le roof.

Pour cette entrée en matière, nous nous frottons à la voie la plus facile, «Stalagasaurus» (6c+). (L’ancien 6c «The beauty and the beast», avec son emblématique stalactite sur laquelle il fallait se suspendre, s’est vue retirer ses points suite à des accidents.)

L’escalade est assez brutale avec des mouvements assez bloc. Il s’agit d’un toit d’une quinzaine de mètres, où d’impressionnantes stalactites de calcaire plongent au dessus de nos têtes. Malheureusement, comme nos chaussons EB le déploreront, la patine est omniprésente à Tonsai et ne facilite pas l’escalade.

Il y a cependant de très belles voies dans le 7 et 8. Nous irons nous frotter aux classiques avec notamment «Tidal wave» (7b+) (très certainement la voie la plus patinée de Thaïlande), mais aussi «Lalbab» (7a+), «Tonsai playboy» (7a+), «Café Andaman» (7b), «Mafia connection» (7c+), «Voodoo doll» (7c+), «Sex power» (8a).

Lal bad –7a+ -­‐Secteur du Roof.

Lal bad –7a+ -­‐Secteur du Roof.

Le Roof est vécu comme une salle indoor, des dégaines en place dans toutes les voies, où on peut assurer les pieds dans l’eau avec une bière à la main. La grimpe est agréable le matin tôt, mais il y a vite du monde, et il faut bien s’accorder avec la marée avant que l’eau ne vienne lécher le début des voies. Au coucher de soleil, la grimpe est encore possible une heure ou deux, si l’on aime être acclamé par la foule du bar…

Secteur de Dum’s kitchen

Dans le prolongement du Roof, plus loin sur la plage, le secteur de Dum’s kitchen offre un profil nettement plus vertical avec quelques belles envolées. Parmi les voies qui nous ont marquées, on peut retenir :

  • «Reminiscence» (7a+),
  • «Tiger queen» (7b),
  • et surtout la magnifique «Asia shadow plays» (8a+).

Secteur Tyrolean wall

Et pour ceux qui, comme Chloé, préfèrent les voies un peu moins physiques, en poursuivant son chemin en direction de Railey, quelques marchent mènent au secteur Tyrolean wall. Ce mur offre des voies faciles, ainsi que quelques classiques comme

  • «No have» (7b+)
  • et «Just call me helmet» (8a).
Secteur Tyrolean Wall au dessus de la plage

Secteur Tyrolean Wall au-dessus de la plage

Malheureusement victime de son succès, les voies sont encore une fois très patinées (peu de grimpeurs brossent les voies), ce qui rend l’escalade quelque peu aseptisée.

Nous passons les premiers jours à découvrir les secteurs les plus proches. Nous sommes loin d’une ambiance «nature» comme on a pu l’apprécier précédemment dans notre périple.

coucher de soleil tous les soirs au Freedom bar.

Ce même coucher de soleil tous les soirs au Freedom bar.

Secteurs Wild kingdom et The Nest

Proche de notre guesthouse Paasook, se trouvent les secteurs Wild kingdom et The Nest. Tranquillement installés sur la terrasse de notre bungalow, nous pouvons observer les grimpeurs braver les moustiques de fin d’après midi pour faire la classique «Freedom safari» (7a). La marche d’approche se résume à 20 mètres et les voies offrent de belles envolées sur un rocher blanc à concrétions et trous.

Ne manquez pas nos voies préférées,

  • «Totem» (7a+)
  • et «La sangria» (7b).

Côté Tonsai, les secteurs se succèdent en aplomb de la mer. Nous aimons particulièrement Cat Wall, avec de longues voies offrant une superbe vue sur la baie, notamment

  • «April fool» (7a)
  • et «Gilles no limit» (7c).
  • Et Fire Wall, avec «Cross eyed» (7b)
  • et «Burnt Offerings» (7a+).
Burnt offerings‐7a+

La classique et légendaire «Burnt offerings» -­‐7a+

Si vous continuez jusqu’à Cobra wall, deux splendides envolées, «Cobra venom» (6c) et «Ngu Baen Vohk» (7b), valent le coup de s’aventurer sur le côté gauche du mur.Ces secteurs, en plein soleil le matin, se grimpent l’après‐midi.Il y a de quoi faire à Tonsai, avec de belles voies dans tous les niveaux, mais il faut dealer avec la chaleur et l’humidité. Il faisait particulièrement chaud cette année, une des années les plus chaudes connues par la Thaïlande, et ce n’était pas toujours chose facile.

(Petit tips : toujours grimper avec une petite serviette pour s’éponger au repos…)

Découverte d’autres secteurs oubliés de Tonsai

Après plusieurs jours à découvrir les classiques, nous nous aventurons vers d’autres secteurs moins courus. Hors des sentiers battus de Tonsai, on peut vite tomber sur des petits bijoux «oubliés»

Gibbon roof

.Nous nous dirigeons vers Gibbon roof et son toit horizontal. Impressionnant ! Surtout «Captain crunch» (8a) et «Straight out of tonsai» (7a). Mais les voies ne sont pas souvent faites, et nous comprenons vite pourquoi… une armée de moustique s’abat sur nous. Ayant eu connaissance de l’épidémie de dengue qui sévit sur Tonsai depuis quelques temps déjà, nous partons vite de ce beau lieu à l’écart du tumulte. Les locaux nous le diront, la dengue fait partie de l’expérience, et nous en payerons les frais durant la dernière semaine…

Secteur Generator wall

Un peu avant sur le même chemin, nous allons voir un secteur qui semble délaissé depuis quelques temps : Generator wall. Les voies sont superbes et à l’ombre toute la journée. En arrivant, renouvellement de l’expérience moustiques. Cette fois nous utilisions la méthode forte : du répulsif, des tourbillons incandescents, et surtout un bon feu par 35 degrés avec une épaisse fumée pour faire disparaître ces nuisibles. Ça marche ! Place à l’escalade. «Rolling Thunder» (7c+) à ne pas louper, mais aussi «The way of the emperor» et «Pearl jam» (toutes deux 7b).

Secteur Marley wall

Étant curieux, nous voulons découvrir tous les secteurs de Tonsai. L’un d’eux nous fait de l’œil, Marley wall, mais personne ne semble connaître. Nous allons voir de quoi il en retourne. Après 10 min de marche derrière Paasook, il nous faut ramper pour arriver au pied des voies tant la végétation à pris le dessus sur les grimpeurs…

La vie à Tonsai

Vous l’aurez compris seul les principaux secteurs sont courus, les autres tombent, petit à petit, en désuétude. Quand on ne grimpe pas, il est agréable de se baigner… à marée haute. Parce que dès que la marée baisse, la mer se retire et laisse entrevoir des rochers. Et de se retrouver… entre grimpeurs. La population est composée presque exclusivement de férus d’escalade venus du monde entier. Et oui, vous l’aurez deviné, l’activité numéro 1 de Tonsai est l’escalade! Complétée par du yoga, de la slackline, et des massages.

La plage de Tonsaï.

La plage de Tonsaï.

La vie à Tonsai s’organise autour de deux «rues», l’axe principal qui part de la plage, et sa perpendiculaire au bout, qui regroupent les différentes guesthouses, restaurants et bar.

Située au milieu de la jungle, nous cohabitons avec de nombreux singes, desquels il faut se méfier, toujours prêts à chipper quelque chose qui les intéresse.

Pour se ravitailler, nos deux restaurants préférés sont Legacy et Mama Chicken. Pad thaï, fried rice, massaman et chicken burger font partis des spécialités.Bien que la plupart des grimpeurs logent à Tonsai, il y a de nombreuses falaises côté Railey, toutes à moins de 30 minutes de marche.

Un trail part de Tyrolean wall et permet d’accéder à la plage de Railay en quelques minutes seulement (attention, si l’eau est trop haute, le passage devient difficile).

Thaiwand wall

L’un des principaux secteurs qui attire l’attention est cette grande tour qui surplombe la baie de Railay : Thaiwand wall. On y trouve de nombreuse grandes voies, et aussi quelques simples longueurs vraiment très belles.

Thaiwand wall

Notre secteur favori: «Thaiwand wall».

En longeant la plage, à l’extrémité, un chemin monte et serpente dans la jungle jusqu’à atteindre le pied du mur. De l’ombre toute la journée, une agréable brise, et surtout une vue imprenable. Un régal. C’est à faire absolument !Mention spéciale pour «Orange juice» (7b+) et «Spicy speck dreams» (7c) !

Secteurs 123 wall, Hidden world, The Keep

De l’autre côté de la ville hyper touristique de Railay et de sa rue agitée, on débouche sur l’autre plage et les secteurs 123 wall, Hidden world, The Keep…

Malheureusement nous n’aurons pas l’occasion d’aller voir un secteur qui semble magnifique : Low tide wall. Comme son nom l’indique, il est accessible seulement à marée basse. Mais il semblerait qu’il faille plus qu’une marrée basse pour pouvoir s’y rendre sereinement !

De ce côté, les bruits des bateaux nous font vite déchanter. Le développement effréné du tourisme a enlevé toute authenticité à cette partie de la baie.

Tonsai est pour l’instant plus préservée que sa voisine… Espérons que ça dure !

Secteur Phranang beach

Phranang beach est un des derniers secteurs que nous feront, avec une foule de touristes en maillot nous observant grimper et une chaleur extrême. Nous n’y restons pas longtemps, malgré quelques belles lignes comme «Hot Dragon» (7c).

Hot dragon ­‐7C Phranang beach

Hot dragon ­‐7C au secteur «Phranang beach».

Dans ce tumultueux spot mondial d’escalade, on peux aussi se laisser tenter par de superbes grandes voies. Ne pas louper «Humanality» (6b) au Roof, «Heart of darkness» (6c+) à Cat Wall, «Lord of the Thais» (7b) à Thaiwand wall et «Orange chandeliers» (7a) à Aonang tower (accès en bateau ou kayak uniquement).

Et bien sûr, bordant la mer, le deep water solo se pratique aisément ! En louant un bateau à plusieurs on peut facilement approcher les principaux spots. Il y en a pour tous les goûts et tous les niveaux (des sacs de magnésie sont même laissés à demeure et remplis par certains locaux).

Deep water mer d’Andaman

Deep water solo en plein milieu de la mer d’Andaman

Notre expérience à Tonsai aura été mitigée. Avec la chaleur si importante, une épidémie de dengue sévit, touchant des dizaines de grimpeurs. Nous ne serons pas épargnés.Chloé attrape la dengue en premier, fièvre intense et courbatures la clouent au lit la dernière semaine. Puis c’est au tour de Colin, nous obligeant à revoir nos envies de temples à Angkor.

Nous retournons à Bangkok. Après une semaine dans notre chambre d’hôtel climatisée, nous allons quand même voir les temples d’Ayutthaya.

Les temples d’Ayutthaya.

Les temples d’Ayutthaya.

Les vestiges sont magnifiques, mais nous avons besoin de changer d’air, et surtout nous avons hâte de retrouver nos amis du team EB à Thakhek au Laos !

Nous prenons un bus pour traverser la frontière au niveau de Nakom Phanom, et nous entrons au Laos. Affaire à suivre !

En conclusion, Tonsai est une expérience aux multiples facettes ! L’escalade se pratique dans un cadre magnifique, où tout est organisé pour le grimpeur. Pour l’apprécier, il ne faut pas avoir peur de la patine et du monde, et aimer la chaleur et l’humidité.Surtout, on vous souhaite moins de moustiques. Mais il semblerait que nous étions au mauvais endroit au mauvais moment, donc n’en faites pas une généralité
.