Grimpe en Afrique du Sud, de Rocklands à Waterval Boven
Grimpe en Afrique du Sud, de Rocklands à Waterval Boven
5 (100%) 3 votes

grimpe en afrique du sud

Chloé & Colin
par l’écume des parois
@ecumedesparois
insta > ecumedesparois

Dimanche 7 octobre, Chloé et Colin terminent leur sac à dos, le départ tant attendu est arrivé. Pour cette première étape de leur long périple autour autour de l’océan Indien, ils ont prévu l’Afrique du Sud, avec en point de mire les blocs de Rocklands et les falaises de Waterval Boven.
Chloé et Colin c’est l’Écume des jours de Boris Vian, et Chloé et Colin dans l’Écume des parois c’est la part de rêve que EB souhaitait partager !

direction le cap en afrique du sud

Les blocs de Rocklands

Direction le Cap pour commencer. Nous récupérons la voiture de location à l’aéroport, et nous partons en fin d’après-midi pour Rocklands. Nous n’avions pas réalisé que c’était si loin.

Comptez 3h30 environ, et nous parcourons de nuit les derniers kilomètres vers la réserve Cederberg avec tous les blocs.

Erida et Manus nous accueillent à Die Poort. Une petite cabane perdue au milieu de la brousse nous attend, et nous sommes ravis de pouvoir nous reposer.
Le matin nous découvrons enfin l’ampleur de Rocklands, il y a des cailloux partout! La vallée est parsemée de nombreux blocs de grès aux tons ocres. Les couleurs chatoyantes brillent sous le soleil.

Secteur De Pakhuys

Il faut se repérer avec tous les secteurs qui s’offrent à nous. Nous commençons par nous rendre à De Pakhuys, le plus proche et l’accès le plus évident.
Nous sommes tout de suite émerveillés par la variété des formes rocheuses. Nous suivons la magnésie pour nous repérer, et vite nous enfilons les chaussons pour grimper.

Rocklands secteur De Pakhuys

Rocklands secteur De Pakhuys

Quand nous arrivons, il fait très chaud, nous organisons nos journées entre une session le matin et une autre en fin d’après-midi. Nous trouvons refuge au Traveller’s rest entre les deux, ce lodge dispose d’une grande terrasse pour boire des boissons fraîches (nous aimons tout particulièrement les kombuchas locales au gingembre) ou manger quelques chose (le boboti par exemple, spécialité sud-africaine à base de viande hachée et d’œufs), avec le wifi.

Les jours suivants, la chaleur laisse place au vent. Les pads restent difficilement en place, mais les températures sont nettement plus agréables.
Les sud-africains ont la culture du barbecue, le braai comme ils l’appellent. Chaque hébergement est équipé de son petit coin feu. Les soirées et les nuits sont fraîches, et nous aimons prendre l’apéro autour des flammes, et y faire griller un bon bout de viande. A Clanwilliam, la « grosse » ville à 25km, il y a tout pour s’approvisionner et facilement acheter tout ce qui fait plaisir.

Rhino 7b

L’objectif de notre séjour le Rhino 7b bien caractéristique avec sa formation rocheuse

Après quelques jours de grimpe, nous sommes allés faire un tour sur la côte plein ouest pour admirer la mer, à Lambert’s bay. C’est le meilleur endroit pour manger du poisson fraîchement pêché, dans le célèbre restaurant Muisbosskerm par exemple dont tout le monde parle. De belles plages permettent de se baigner, l’eau est bien froide, mais il est agréable d’y rafraîchir ses pieds après plusieurs jours de grimpe.

Nous sommes arrivés à la fin de la saison de bloc à Rocklands, qui est de début avril à fin septembre, il n’y avait presque aucun autre grimpeur. Cela ne nous a pas empêché de nous mesurer aux blocs mythiques tels que le Rhino ou Minki. Et nous avons grimpé le week-end avec Thinus, du Cap, et Jandré, le fils du propriétaire d’un des camps.

Rocklands Minki-7b

Un des blocs mythiques de Rocklands Minki 7b

Minki-7b Rocklands

Minki-7b

Une dizaine de jours à écumer les blocs (et non les parois ;)), nous arrivons au bout de nos forces… il est temps de rejoindre le Cap.

Juste avant d’arriver, nous décidons d’obliquer vers Paarl Rocks où nous avions vu quelques grandes voies au milieu des vignobles… peu nous en faut pour remettre les chaussons et filer trouver quelques chose à nous (re)mettre sous la dent. Avec peu d’informations mais beaucoup d’audace, nous trouvons la très belle voie Casualties of war (3 longueurs et une dernière très facile), que nous faisons rapidement malgré un premier pas de bloc au tout début de la voie à ne pas bouger sous la chaleur. (Chloé finira sur mes épaules !)
A la redescente, nous finissons avec la tant attendue dégustation de vin dans les vignobles de Paarl !

Le Cap

le capLe Cap est une ville très agréable où nous passerons du bon temps à flâner des quartiers du centre, à la pointe du Cap de Bonne-Esperance. Passage obligé en haut de la Table Mountain pour avoir une vue imprenable sur la ville, mais nous atteindrons le sommet non pas par le téléphérique, mais par la très belle voie Jacob’s ladder, histoire d’user un peu nos 5kg de friends (grimper nous manquait déjà).
Après quelques balades et pérégrinations gustatives, nous nous envolons pour Johannesburg et la magnifique falaise de Boven.

Falaises de Waterval Boven

Nous louons une voiture à l’aéroport de Johannesburg, et filons directement pour Boven ! Après une conduite un peu sauvage, des flics nous arrêtent sur le bords de la route. L’amende est importante, on nous annonce 2000 rands soit 120 euros. Nous comprenons vite que la négociation est ouverte… on s’en sort pour 400 rands, et un grand sourire du policier qui a fait une bonne affaire…

Waterval Boven

Les grandes parois de gres rouge de Waterval Boven et la superbe classique  Lotter’s desire

A notre arrivée à Boven, nous rencontrons Alex et Gustav, les propriétaires de Roc’n rope. Ce sont les principaux acteurs de l’escalade sur place, ils connaissent toutes les voies et possèdent deux lieux pour séjourner à Boven. Le premier est une sorte de gîte qui se situe à 100 mètres de leur maison dans le village, l’autre est le camping Tranquilitas juste au dessus de l’un des principaux secteurs de la falaise.

Waterval Boven

The Waterfall un autre secteur fameux de Waterval Boven iconique avec sa cascade

La grimpe à Boven est magnifique, elle s’y déroule sur un grès aux tons rouges, découpé en strates offrant le plus souvent de petites réglettes bien aiguisées ! Nous essayerons les classiques comme ‘Lotter’s desire’ pour reprendre un peu de resi, ‘Snap dragon, ‘Jack’s of all trade’, et bien d’autres… Coup de cœur pour une très belle voie au secteur de la cascade, ‘As the world disapears’.

Jacob's ladder

Une petite grande voie en trad Jacob’s ladder 3 longueurs 5b max_pour atteindre le sommet

Nous ferons 2 jours au parc Kruger, en guise de jours de repos, pour un safari explosif, pas si reposant en fin de compte. Éléphants, girafes, zèbres, hyènes, phacochères, vautours, antilopes…et les fameux springboks cette grande réserve animalière donne à observer en voiture une faune sauvage variée.

Maintenant le temps est au départ, nous partons avec encore plein de projets et déjà l’envie de revenir !

Retour à Johannesburg, et direction Madagascar ! Let the trip continue, yihaaa 🙂