Charlotte Durif, consultante IFSC pour préparer les JO

Interview avec Charlotte Durif, du Team EB sur ses nouvelles fonctions au sein de l’IFSC comme consultante pour la préparation des JO 2020 à Tokyo.

EB / Tu es aujourd’hui consultante à l’IFSC, peux-tu nous expliquer rapidement ce qu’est l’IFSC et son rôle dans le milieu de l’escalade ?
L’IFSC est la Fédération internationale d’escalade, une association à but non lucratif, qui est composée des fédérations nationales, telle que la FFME. L’IFSC dirige, développe et promeut les compétitions d’escalade sportive au niveau mondial. Aujourd’hui elle compte une trentaine de compétitions sur son calendrier. J’ai d’ailleurs pu participer aux premières compétitions IFSC dès sa création en 2007 !
EB / Comment en es-tu venue à intervenir au sein de l’IFSC ?
En 2014, j’ai candidaté pour devenir membre de la Commission des Athlètes et j’ai été élue pour rentrer dans cette équipe de 12 athlètes + 1 président pour représenter les athlètes au sein des décisions et discussions de la fédération. En 2018, pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse à Buenos Aires, j’ai été retenue pour être une Athlete Role Model, un programme où 2 personnes par discipline représentent leur sport et connecte avec les athlètes, les jeunes, les médias, les autres sports, un peu tout le monde. J’ai donc plongé tête la première
dans le grand bain, et au-delà de ma fierté intérieure de voir notre sport faire partie de cette grande famille, j’ai été intriguée par la grande machine qui se cache derrière les Jeux Olympiques.
EB / Quel est ton rôle à l’IFSC ?
Aujourd’hui, je suis consultante sur un projet lié à l’olympisme. Cela me permet de lier mes compétences acquises sur le terrain grâce à ma carrière en compétitions, mon expérience aux JOJ de Buenos Aires, mes études en ingénierie et en doctorat, et à ma pratique en extérieure, qui me permettent d’avoir une vision globale. Mon rôle est aujourd’hui de rassembler toutes les parties prenantes du milieu de l’escalade pour construire ensemble le futur de l’escalade.

Charlotte Durif Consultante IFSC

Charlotte Durif Consultante IFSC

EB / Comment l’IFSC perçoit et prépare l’arrivée de l’escalade aux JO 2020 ? Et toi ?
Les Jeux Olympiques… un nom et un évènement qui mettent des étoiles dans les yeux, et quelle émotion de voir notre sport, notre passion, à tous ! C’est évidemment une grande satisfaction et aujourd’hui l’IFSC se prépare pour montrer le meilleur du sport et des athlètes, avec l’objectif de rentrer dans la grande famille. Moi, j’ai hâte de voir ça !
EB / Selon toi, quel sera l’impact des JO 2020 sur le marché de l’escalade en France ?
Il me parait évident qu’après Tokyo 2020 une vague de nouveaux grimpeurs va déferler sur les salles d’escalade, et le sport va de plus en plus être connu et reconnu. Ce sera comme une version accélérée de ce qui se passe depuis quelques années en fait. L’avantage c’est que là on a une idée de à quoi s’attendre et quand! En conséquence on peut s’y préparer à l’avance en ayant suffisamment de surfaces d’accueil et en préparant les bons outils d’éducation et de partage des valeurs de l’escalade.
EB / Des pronostics sur le premier podium olympique de l’histoire de l’escalade ?
Ah bonne question, je ne saurai dire de nom car un des avantages du format combiné est qu’il créé le suspense jusqu’au bout et permet de garder un part de surprise. Dans tous les cas, il y aura à mon avis une superbe représentation internationale et j’ai vraiment hâte de voir l’escalade dans le grand bain des Jeux Olympiques, ça va être un grand moment peu importe qui repartira avec les médailles!

Vous aimerez aussi :

  • charlotte durif
    Charlotte Durif