Solenne Piret
Solenne Piret
4.8 (96.67%) 6 vote[s]

Solenne Piret

 

Solenne Piret
Année de naissance: 02 août 1992
Intégration du Team EB depuis : août 2018

Meilleures perfs

  • Falaise: un 7a au Cirque des Baume dont j’ai jamais connu le nom..
  • Bloc: Les Coulisses de l’Histoire, Fontainebleau Apremont, 6c
  • Compétitions: championne du monde AU2 2018

Quel est ton chausson EB préféré ?

modele de chausson femme

Le Black Opium, en salle, en extérieur, en bloc ou en falaise.. Tellement confortable, souple, et bien précis, que demander de plus?!

Ta pratique grimpe actuelle ?

Je m’entraine quotidiennement pour garder ma place en Équipe de France et continuer les circuits internationaux. Mais ce qui me motive surtout c’est croiter en extérieur, multiplier les expériences de rocher, de style de grimpe, de lieux… tout reste à découvrir pour moi, c’est tellement motivant!

Tes entrainements?

J’ai une chance immense à ce niveau-là : je suis super bien entourée au quotidien dans mon club (le 8 assure) par des coachs passionnés, par une équipe qui me soutient à fond dans mes projets. La planification est gérée par mes coachs, je m’entraine tous les jours, et c’est un vrai luxe de pouvoir suivre la planification en totale confiance, quasi les yeux fermés.


championne du monde 2018 handi-escalade

WCH Innsbruck 2018, © Sytse Van Slooten

Comment as tu découvert l’escalade ?

Mes parents se sont rencontrés lors d’une sortie CAF à Fontainebleau… Ca été notre sortie dominicale pendant les 15 premières années de ma vie, et même si je passais plus de temps à faire des cabanes dans les bois qu’à grimper, nous avons bien poncé les circuits jaunes, oranges, montagnes, etc de Bleau. Puis j’ai arrêté pendant une dizaine d’années. Mais grimper me manquait, et j’ai surfé sur la vague de l’explosion de popularité de l’escalade en salle à Paris pour m’y remettre. En quelques mois c’est devenu une addiction, j’ai croisé le chemin de quelques personnes qui ont changé le cours des choses pour moi.

Le Déclic ?

Le déclic je l’ai eu grâce à Julien Gasc, vice-champion du monde AL2 2016. Je l’ai croisé justement dans une salle parisienne. Il m’a de suite parlé de la compétition, du fait qu’il connaissait d’autres personnes avec le même handicap que moi, qui grimpaient bien mieux que moi (pas exactement avec ces mots, mais ça m’a fait prendre conscience de la marge de progression que j’avais.)

Je n’avais jamais été très portée compétition, mais l’idée d’intégrer l’équipe de France et de rencontrer d’autres personnes avec des handicaps similaires m’a d’emblée plu.

Le haut niveau ?

Le haut niveau en handi-escalade c’est une notion un peu flou, même en étant en Équipe de France. Les standards restent à définir, étant très peu nombreux dans le monde à grimper avec des handicaps similaires.


Solenne Piret à Fontainebleau

Fontainebleau, © Stephan Denys

Ta journée d’escalade la plus marquante ?

Le jour où je me suis faite planter au pied d’une voie par mon assureur après m’être pris un gros but. Ce jour-là j’ai compris que pour moi l’escalade n’était pas seulement un sport, mais un mode de vie, où l’ensemble de ce qui le constitue a son importance.

Un film ?

Stumped de Cedar Wright. Facile de comprendre pourquoi.

Un site/une voie ?

Vinales, à Cuba. Tout le site est mythique.

Thé ou café ou… ?

Café, un peu trop d’ailleurs…

solenne en bloc

Fontainebleau, © Olivier Broussouloux @ La Fabrique Verticale

Un souvenir (escalade) ?

Je crois que je n’ai pas assez de bouteille en grimpe pour en sortir un en particulier, j’aurais l’impression de raconter ma journée d’hier! Je vous redis ça dans quelques années!

Fan de qui ?

Plein de gens et personne à la fois.

EB vs TOI ?

Depuis que je me suis remise à grimper je n’ai jamais mis autre chose que des chaussons EB, je suis vachée dedans. J’aime le côté familial chez EB, et le fait qu’ils soient implantés à Voiron n’enlève rien à l’affect, ma famille étant de la bas. Coïncidence ? Je ne pense pas…

Une citation?

Là où il y a une volonté, il y a un chemin