Camille Doumas
5 (100%) 1 vote

camille doumas

 

Camille Doumas
Année de naissance: 1986
Team EB depuis 2016

Meilleures perfs

  • Falaise Les Rois du Pétrole 8b+, Pic Saint Loup
  • Bloc 8a+ Surfer’s Traverse 7c, Hampi
  • Compétition: De temps en temps pour rigoler !

Quel est ton chausson EB préféré ?

django woman

Django pour les murs verticaux et techniques,
Avatar pour les dévers et les colos,
Guardian pour tout en général…

Ta pratique grimpe actuelle ?

En ce moment et depuis quelques années je mange beaucoup de caillou et à toutes les sauces. La résine m’écœure vite par contre je ne suis jamais rassasiée de belles lignes, quel que soit le style. Enfin j’ai quand même une petite prédilection pour les couennes avec des croutes et une pointe d’engagement entre les points, mmmhhh. Grace à mon métier de monitrice d’escalade et canyoning je peux quasiment grimper 5 jours/7 et voyager de temps en temps à l’étranger, un vrai régal. Par contre pendant la saison d’été c’est régime sec : je m’arrête de grimper complètement et je passe 2 mois à guider des groupes dans les canyons du sud-est.

A quel rythme est ce que tu t’entraines?

Pas vraiment, en bonne fanatique, je me contente de grimper à 200% dans les voies qui m’attirent (et il y en a beaucoup) et le plus souvent possible. Mais ça peut m’arriver de faire quelques séances d’entrainement pour travailler un point faible ou un point spécifique lié à projet de voie qui me tient à cœur. Un peu de poutre par ci, un peu de pan par là, quelques circuits training en période de reprise…


fleur de rocaille 7c+

Camille Doumas dans Fleur de rocaille 7c+ Mouriès photo Sam Bie

Comment as tu découvert l’escalade ?

Vers 5-6 ans. Mes parents nous amenait mon frère et moi à Fontainebleau le week-end et on passait la journée a crapahuter au milieu des blocs et le lundi on revenait à l’école avec tout plein de bleus sur les jambes. A tel point que ma maitresse s’était mise à soupçonner ma mère de maltraitance !

Le Déclic ?

Il y en a eu plusieurs mais le plus déterminant c’est quand j’ai décidé d’arrêter mon travail d’ingénieur pour passer mon BE escalade et consacrer plus de temps à ma passion. Une vraie libération et une vraie révélation aussi car je ne me suis jamais sentie aussi bien que depuis que je passe le plus clair de mon temps sur du rocher! C’est une grande chance de pouvoir faire ce qu’on aime quasiment quotidiennement

Le haut niveau ?

Je suis de près ce qui se passe en haut niveau, que ce soit sur les compétitions ou en extérieur. Je suis impressionnée par les dernières performances féminines en falaise, c’est très inspirant. La relève est bien là, prête à faire exploser les standards !


Madame Olive 7b+ Cantobre

Camille dans Madame Olive 7b+ Cantobre photo Sam Bie

Ta journée d’escalade la plus marquante ?

Il y en a tellement… Ma première grande voie vers 11 ans avec le moniteur de mon club, je me souviens d’une longue traversée en 6b+ en second qui m’a faite pleurer comme une madeleine. La découverte de Taghia quand j’avais tout juste 20 ans. L’enchainement de mon premier 8b, sous les yeux d’une de mes premières monitrices d’escalade. Finir à la frontale dans Alix la grande voie mythique de la paroi du duc au Verdon. Une journée de grimpe pas très glam à Badami en Inde, avec mon chéri il nous fallait gérer nos essais dans les voies et nos problèmes gastriques. Et toutes ces journées partagées au pied d’une falaise avec mes amis… Qu’il y ait des croix ou non c’est toujours un bon moment.

Un film ?

Le big lebowski

Un site/une voie ?

Dur de ne choisir qu’un seul site ou qu’une seule voie…
Mais s’il ne faut en garder qu’un je dirai Les gorges du Verdon. Et pour la voie je dirai Tennessee dans les gorges du Tarn, une ligne qui me fera toujours rêver. Et puisqu’il n’y pas de voies et de sites d’escalade sans équipeurs, j’en profite pour saluer leur travail (bénévole la plupart du temps). Sans eux, tout mes beaux souvenirs de grimpe n’existeraient pas.

Thé ou café ou… ?

L’idéal c’est une grande tasse de café juste après un petit bol de thé

Un souvenir (escalade) ?

Il y en a trop. Ma vie entière est constituée de souvenirs d’escalade…

Fan de qui ?

Ryan Gosling !!
Et si on reste plus dans l’escalade, je ne suis pas très groupie. J’admire particulièrement les grimpeurs passionnés, connus ou non, capables de presque tout pour réaliser leur rêves.
Sinon petite j’adorais Lynn Hill, son livre « ma vie à la verticale » m’avait beaucoup marqué.

EB vs TOI ?

Une belle relation de confiance ! Et bien sur les inoubliables rassemblements annuel du team en falaise, chaque année j’attends ce weekend de grimpe avec impatience car c’est l’occasion de tous se voir, de se connaitre un peu mieux, d’échanger sur les produits, de rigoler et de bien manger tout en faisant ce qui nous lie tous : GRIMPER !

Une citation?

Il y a une certaine saveur de liberté, de simplicité… une certaine fascination de l’horizon sans limites, du trajet sans détour, des nuits sans toit, de la vie sans superflu.

Théodore Monod